Le confiseur apothicaire

L'histoire médiévale: une passion depuis plus d'une décennie.

Sa gastronomie, ses us et coutumes, ses découvertes et inventions nous ont amenés à créer notre association.
Avec nous, remontez le temps, du Moyen-âge à la Renaissance.
Venez découvrir le raffinement des confitures médicinales et gustatives aux goûts et aux saveurs oubliées.
Du XIe au XVIe siècle, parcourez l'histoire de l'apothicairerie, la fabuleuse épopée de la route des épices, la découverte du sucre et bien d'autres surprises encore...

Les apothicaires à la Renaissance

Les apothicaires à la Renaissance
Les apothicaires de la Renaissance: Nostradamus présentant son Traité des confitures et Adam de St Rémy, apothicaire de table et maître confiseur

Les apothicaires au XVe siècle

Les apothicaires au XVe siècle
Anthelme du Clos de Vals et Hermance de la Roche, les apothicaires du XVe

22 août 2014

Des létuaires et des électuaires...



Au Moyen-âge, certaines confitures sont principalement vendues comme médicament chez l'apothicaire pour soigner des pathologies! Elles s’appellent "létuaires" qui deviendront "électuaires" à la renaissance. Par ailleurs, le sucre, lui aussi, est vendu en apothicairerie comme remède car on pense que les fruits associés au sucre peuvent soigner des maladies.

En effet, au Moyen-âge et à la Renaissance, on se soigne par des plantes, des minéraux, mais aussi par des fruits et du sucre ou du miel avec lesquels on prépare des létuaires afin de guérir certaines maladies.
C'est ainsi que, en 1552, Nostradamus, célèbre astrologue, médecin et alchimiste, rédige son "Traité des fardements et confitures". Il fut publié en 1555.
Le confiseur apothicaire vous propose aujourd'hui de remonter le temps afin de vous faire découvrir et déguster certaines de ces confitures oubliées dites "létuaires" ou "électuaires". 
Ainsi se côtoient "confit de limons, orengat, confit de mecquin, confit de fanoil, confit de garroites, létuaire d'Hildegarde, confit de rosat, condoignac ou autre empluméus de pomes" sur l'étal de l'apothicairerie. Oserez-vous les goûter?...

1 avr. 2012

La route des épices...

Voyagez dans le temps et plongez dans le passé pour remonter jusqu'aux origines de la découverte des épices, en -4000 avant J.C., sur la côte de Malabar en Inde. 



Avec "Le confiseur apothicaire", suivez la route périlleuse des hommes partis jusqu'aux confins de l'Asie pour nous ramener ces épices si convoitées à l'époque médiévale.




Sur l'étal de l'apothicairerie, apprenez à reconnaître les épices consommées au Moyen-âge et venez sentir leur subtil parfum.



15 mars 2012

Quelques unes de nos confitures...



Le létuaire d’Hildegarde 
 est un ravissement pour le palais. 

Recette du XIIe siècle.
C'est une purée de poires, de miel et d’épices secrètes aux mille saveurs qui vous transporte au Moyen âge.

La gelée de Guignes des Grands Seigneurs, véritable recette authentique de Nostradamus de 1555. Cette méthode de préparation consiste à utiliser un maximum de fruits pour très peu de sucre. On obtient alors une gelée de cerises au goût exceptionnel.

Le confit de Rosat est une recette authentique de la Renaissance qui nécessite une très grande quantité de pétales de roses et au moins 2 jours de préparation pour atteindre le raffinement complet de ce confit très parfumé.

Le confit de limons et l’orengeat, recettes de Nostradamus, 1555.
Il faut de la patience et de la passion pour réaliser ces 2 préparations. En effet, 15 jours sont nécessaires à leur réalisation! Véritables confits de fruits aux saveurs oubliées, l’orengeat et le confit de limons vont vous faire découvrir les premières confitures au sucre réalisées à la Renaissance.

Les poires confites de Nostradamus demandent 6 jours de préparations. On confit le fruit entier dans un sirop de sucre parfumé aux épices.

La souveraine gelée de coings de Nostradamus nécessite une très grande quantité de fruits et très peu de sucre. Tout comme la gelée de guignes, il faut une cuisson très longue pour concentrer le sucre contenu dans le fruit. Son goût est incomparable.

Le confit de garroites et de fanoil. Recettes du XIVe siècle.
Ce sont des légumes confits au miel et aux épices (carottes violettes ou fenouil).

Condoignac et Cotignac sont 2 recettes médiévales de coings confits au miel.
Ils sont sublimement parfumés pour votre plus grand plaisir.


Toutes nos préparations sont réalisées dans le respect de l’authenticité des recettes d’origine.
Nous suivons scrupuleusement les différentes étapes conseillées par l’auteur de la recette.
Certaines de nos préparations sont des « confitures plaisirs » destinées uniquement à être dégustées à la cuillère ou en accompagnement d’un plat , d’un fromage ou d’un dessert, elles ne sont donc pas faites pour être tartinées.


19 févr. 2012

Le "Codignat" de Nostradamus

En 1555, Nostradamus, médecin apothicaire et célèbre astrologue écrit dans son traité des confitures sa recette du "Codignat".


Le "Pomum di Paradiso"

En 1497, Adam de Saint Rémy embarque sur un des quatre navires de Vasco de Gama à destination des Indes. De retour "d'Indus", Maître Adam de Saint-Rémy ramène de son long voyage "moults espices".
Durant plusieurs jours, il va alors imaginer une recette de pâte de pommes.
Peu à peu, il va ajouter à sa préparation quelques épices jusqu'à atteindre un parfait équilibre des saveurs.
Il lui donnera le nom de "Pomum di Paradiso".
Le confiseur apothicaire a retrouvé cette recette oubliée depuis plusieurs siècles.
Venez la découvrir!